Am stram gram autour de notre cocotte ! En cuisine pour doubler le bonheur, il suffit de le partager … même sur l’océan.

Pour nos Ventsdanges, les rencontres élargissent notre répertoire, promettent des prouesses culinaires et des papilles festives mais pas que … Parfois il nous semble tout aussi palpitant de réaliser « des petits miracles » avec les produits les plus simples.

De chaque côté de l’Atlantique, nous avons pu nous régaler de mets simples et gourmands. Sans superflu ni sophistication, c’est tout de même trop bon ! Aux 2 extrémités de notre transat, nous réunissons deux personnages hors du commun qu’on ose appeler les nouveaux bienheureux. Ils ont choisi la qualité de vie, l’amitié, l’aventure, l’amour toujours … Leur moteur en tout : l’enthousiasme !

Je vous présente Gérard croisé à Georges Town sur l’île de Great Exuma aux Bahamas et Camille rencontrée à Flores, île la plus occidentale de l’archipel des Açores.

D’abord « notre » québécois Gérard est tombé en amour pour la voile. Ce self made man montréalais était comblé par le business, les finances, le confort. Il a osé lâcher le tout, la routine et même la poutine (si vous ne connaissez pas, tentez d’en savoir plus sur les mets du Québec, on est heureux de ne pas avoir testé) ! Il a préféré aller au bout de ses passions pour la plongée, la pêche, les rencontres et les îles «  de toute beauté » comme on dit « en Nouvelle France ». Il s’émerveille désormais de ceux qui l’accompagnent sur les flots : oiseaux, cétacés, requins ou papillons. Avec entrain, il nous enjoint à dépasser nos angoisses, un leitmotiv pour avancer chaque jour. Les défis de notre famille l’interpellent car il doit retrouver le lendemain sa fille Jade, partie bourlinguer en Asie et en Australie depuis 3 ans …

Il propose à notre équipage de préparer un plat certes simple mais mondialement réputé pour donner du peps : de vraies Pasta à la Carbonara !! Une fête ! Gérard a été initié par une sicilienne, il fallait au moins ça et il avance qu’il préfère la spontanéité et la fraîcheur de la cuisine italienne à tout l’art saucier des Français, plus complexe ou raffiné selon les goûts … Et puis avec le peu d’ingrédients que l’on déniche aux Bahamas, illuminer nos assiettes est accessible avec des oignons, du parmesan, des œufs et de la presque Pancetta (on n‘est pas à Rome et les mammas doivent nous pardonner !) Ines et Henri sont conquis aussi ; la cocotte est un dance floor, on met plein plein d’eau car la pasta a envie de tourbillonner, on peut aussi se mettre à chantonner, capito ?

Grande réussite d’une cuisine sincère sur W-alter et qui s’est accompagnée d’un sympathique Rosé des grandes occasions : un vin du Domaine de l’Heure Bleue, vignoble de Provence …

Quelques jours plus tard, après bien des échanges, quand nous devons nous quitter, Gérard et Jade nous lancent « à la revoyure » et la plus formidable des formules : « Aimez-vous » : clap de fin, happy end !

« J’aimerais que ma cuisine ait le goût du vent, parce que le vent vient toujours d’ailleurs. » nous confiait le chef Olivier Roellinger … Eh bien justement il en a fallu du vent pour nos 18 jours de traversée …

Et à Flores, nous faisons rapidement la connaissance d’une « flotteuse », rêveuse, chanteuse voyageuse, masseuse, bourlingueuse, amoureuse … Essayez donc de trouver dans votre parcours autant de rimes à Heureuse !

Elle est arrivée sur ce bout d’Europe fouetté par les embruns après son tour d’Atlantique de «  seulement » 10 ans ! Originaire du RER A comme elle dit, elle s’est sentie chez elle aux Acores après les côtes d’Afrique et les Antilles. Toujours souriante, le regard doux, le cheveu flamboyant, la démarche svelte et jeune, Camille est solaire … et très occupée … Insolite, elle a aussi fait un film sur Youtube sur l’accouchement naturel ! (si vous cherchez Camille et ces derniers mots, vous découvrirez une extraordinaire histoire de femme !)

Très occupée par ses 3 grands enfants et leur tribu d’amis, par la joyeuse petite dernière incroyablement prénommée Gaïa, par son travail de kiné, Camille nous propose néanmoins de passer une soirée Ventsdanges en notre compagnie avec un énorme effet : elle accepte de nous apprendre à faire du fromage !

Quel coup de théâtre, c’est génial … Parfois toutes ces histoires de dur, mou, vieux, croute, long en bouche, sec, puant et savoureux ça nous manque tellement !!! Alors avec le lait des belles vaches de « Floreccch », dans notre cocotte, on met les bouchées doubles et un peu de présure pour réussir en compagnie de Camille des frais, des cuits, de la pana cotta.

On a caillé, tailladé, malaxé, remué, tassé sans trop ruminer … Reste même du petit lait pour notre brioche. Je vous ai bien parlé de petits miracles. Camille aime la vie et le partage, ça vaut bien un fromage ! On fera l’accord de nos «  fromages-bateau » quand tout sera affiné mais évidemment en son honneur. A suivre ! Inès a heureusement eu le temps de lui offrir le fameux Photophore de Flores ;

On se rappellera longtemps de ces 2 amis de l’Atlantique et des magnifiques sensations qui nous ont tous entourés : des camaïeux de bleu, vert, jaune, des saveurs … et beaucoup beaucoup de chaleur humaine.

LEUR TRUC en CUISINE :

-Pour les Carbonara : cuire les pâtes al dente en retirant une minute de temps de cuisson à celui indiqué ça va de soi et n’utiliser que les jaunes d’œuf et le parmesan pour constituer la sauce … (ne surtout pas dégainer un pot de crème fraîche, c’est sacrilège de plat d’étudiant !)

- Pour bien démarrer son fromage et savoir si le lait est à bonne température dans la cocotte, il suffit de reconnaître la chaleur d’un bain de bébé ou du corps de la vache, à vos expertises…