Nous élevons nos vins et ça nous émoustille
« La cave(rne) dans laquelle vous redoutez de pénétrer contient le trésor que vous recherchez.» (Joseph Campbell)

Les vendanges ont laissé place aux vinifications et à l’élevage … concrètement les nectars de la cuverie ont été entonnés dans nos futs et placés en cave, ce qui suppose des heures de transfert et aussi d‘avoir fini lesdites caves : elles sont 3, 2 voutes jumelles pour les rouges et une plus longue version mini tunnel pour les blancs .

Les vins vivent leur la vie sous un autre angle… Avec quelques araignées au plafond, une lumière plus tamisée, des températures assez douces et stables, une atmosphère presque d’adoucissant dans un monde de brutes !

Novembre est un beau mois mais il faut aimer le gris et la brume …alors on ose quelques instants cocooning dans nos alcôves feutrées et organiques. Nous portons à nos vins beaucoup d’attention, y passant des jours et quelques crépuscules, nous sommes aux aguets ;

-          Est-ce qu’il a bien fait sa « malo » ? dans le vin, la fermentation c’est La base  La fermentation alcoolique (la transformation des sucres en alcool par l’action de levures) peut en cacher une autre, la fermentation malolactique … celle-ci transforme l’acide malique du vin en acide lactique … c’est super chimique tout ça et en plus ça fait des bruits en cave, ça bloubloute ou babille puis ainsi transformé le vin sera plus souple en bouche. On l’écoute s’épanouir.

-          Quand il semble dormir, est-ce qu’il respire? 2017 est un millésime sous une bonne étoile du moins en Bourgogne … D’ailleurs cet été fut marqué d’une étoile à neutron, ou plutôt d’une rencontre qui a fait vibrer l’univers! chouette ! le vin laisse échapper la part des anges, du liquide s’évapore à travers les membranes boisées. C’est pourquoi on « ouille » bonnes gens, non que ça nous chatouille ou ça nous gratouille mais on verse du nouveau vin pour tenir le tonneau toujours plein… de beaux rêves.

-          A la Luolle, on cajole ou console nos vins pour leur donner des racines et des ailes …Nous souhaitons qu’un jour prochain ils se dévoilent, nous parlent, tombent en amour, jouent au ballon autour du monde, aiment les livres, la musique, et tout et tout… qu’ils donnent cette impression grisante que tout est possible jusqu’ à partager les élans de G Apollinaire «  mon verre s’est brisé comme un éclat de rire ». on les hume et les grume régulièrement, les tanins du rouge s’affinent, les aromes es deux couleurs s’affirment …

-          Et puis aussi on dodine, est-ce une déambulation entre les hectolitres, les centilitres et les litres … le bécher, les pipettes, les analyses? Est-ce un hochement de tête quand on se prend une porte de cave ? Est-ce qu’on hésite entre aller faire dodo ou « to doodle » : des gribouillis dans les cavernes ? eh bien non, nous remuons les lies des blancs en dépôt au fond des futs avec une fameuse dodine dans le but de remettre des sédiments en suspension et en large contact avec les vins. Cela leur apporte de la complexité et de la rondeur;

-          Deviens ce que tu es, les vins nous étonneront probablement : s’ils ressemblent au Vigneron ils seront droits, capitaine, entiers, s’ils ressemblent à la vigneronne, ils seront charmants, joyeux, curieux… c’est quoi un vin joyeux, c’est pas si triste, c’est quoi un vin capitaine, c’est au moins au long cours … il va falloir trouver les mots qui collent à nos vins mais aussi les laisser s’envoler, garder quelques énigmes et surprises… Dans la bouche et les cœurs des autres. Merci déjà aux amis, parents, vignerons qui se penchent avec nous sur les futs pour accompagner ces cuvées.

Ce qui est beau c’est toujours ce qui nous échappe : un peu de liberté dans un monde d’agités, c’est comme cela parfois on a juste besoin d’un câlin dans un verre ou d’un bar à sieste. Ce n’est pas toujours très facile mais ça peut donner ces beaux moments quand on transforme un rêve en stratégie … finalement Le vin c’est un peu de snobisme tranquille, d’impertinence ultramoderne tout de même : ne pas courir après le temps mais le laisser agir, sortir de l’urgence, de la performance et du WIFI;

Fin de la page de pub et de la vigne buissonnière, la nuit gagne du terrain, le vent se lève, la pluie tambourine. Dehors, la vigne et les bâtiments requièrent nos efforts. Nous commençons à penser aux travaux d’aménagement du caveau de réception et d’un gite oenotouristique (vos bonnes idées sont les bienvenues)

Et vous, avez-vous gouté en cet automne un moment magique aussi ? Un moment à marquer d’un pépin de raisin !