Partir c’est venir, partir c’est vivre plusieurs vies et égratigner les habitudes. Nous avons certainement changé sans trop le saisir cependant nous savions que le périple mènerait à la transformation, un peu comme les préliminaires avant le grand jeu !

On lit souvent un brin de nostalgie chez les voyageurs au retour, nous avons donc déclenché le rêve d’après. C’est notre manière de puiser dans l’album souvenirs la force d’avancer : savoir de quoi on a été capable, ce qu’on a surmonté et se souvenir des éclats de rires comme des creux de la vague. Nous avons juste eu le temps de constater que le plus gros risque est de ne pas en prendre … Sans vigne, sans héritage, sans matériel, nous devenons vignerons … Ainsi avec passion et le sens de l’effort, nous mettons le cap sur les ceps de Bourgogne (On le concède, la mer est loin !!! elle était là quelques temps au jurassique pour y laisser un sol calcaire, terroir incomparable et des images de tricératops et tyrex);
Ce ne sera pas la 1° fois qu’on fera le lien entre la mer et la vigne : notre expérience peut apparaître un peu lointaine pour le vigneron taillant sa vigne au cœur d’un froid hivernal enfin arrivé …
Sur W-alter on a toutefois vécu nos premières Vents d’anges et éprouvé souvent « in vino veritas », on a voulu aller plus loin, le créer aussi. Alors que nous a appris la mer pour la vigne ? Avoir des gestes précis, des outils soignés, suivre le sillage du sillon, le chemin de la vie et de la nature, ses surprises, ses prodigalités, ses accidents météo ! Le vin et la mer restent un peu des mystères aussi … Au fait, je me suis aperçue que mieux valait être comparée à un vin élégant, fin, généreux plutôt qu’à la mer belle à ridée !

Ce qui ressort de l’expérience c’est  encore la fierté que nous procurent nos relations à l’autre et à nos proches. Lorsqu’on cherche à remercier, ça tombe souvent sur l’humain, finalement on est dans le même bateau. Que rien ne compte plus qu’une bande d’amis réunis … Sur la route qui nous mène en Bourgogne (sur l’autoroute A6 c’est juste après le gars qui saute au-dessus d’un champignon) nous avons surtout la chance de croiser une bonne étoile, un véritable accélérateur de particules : un des vignerons partenaires de notre périple qui accepte de nous parrainer ! Guy Cinquin qui a la passion de la vigne et du vent … Pas de hasard on vous dit … nous prouve encore une fois que l’humain et l’amitié sont notre énergie ! Qu’il s’envole en Montgolfière « avec les alizés du plaisir » ou qu’il nous apprenne à mieux « grumer » (gouter ses vins en faisant de jolis bruits avec nos bouches afin de les oxygéner), c’est avec lui qu’on taille la route vers Mercurey avant de tailler la vigne. Il a accepté de jouer le passage de relais en vivant quelques jours sur W-alter à la fin de notre voyage.

Alors oui c’est moins sexy que le voyage … Nous renonçons à bien des joies, au moins nous mettons de l’emphase sur le fait que nous n’avons aucun regret sur le déroulement de nos aventures passées … Nous sortons des eaux turquoises et des chaleurs tropicales. Nous avons savouré les longues périodes de contemplation et de sommeil : tout le temps mis à imaginer nos futurs possibles. Nous avons pris l’option de vivre un temps loin du système stressé et stressant, des sociétés blasées et nous avons décidé de nous installer et construire de nouveau, c’est courageux aussi … Surtout être bronzée est beaucoup plus plaisant que d’être blanche comme une endive , les rencontres « maillot de bain » avec des aventuriers de la vie sont des moments formidables, avoir l’audace du nomade et rire de chaque mésaventure fait partie de nos réflexes encore pour un petit temps, «baragouiner» une autre langue pour partager un bon repas de l’autre côté des mers nous a tellement fait sourire et savourer ! Nous faisons le choix que les 3 verbes qui résument notre périple agitent toujours notre quotidien : aimer, nous dépasser, nous étonner.

C’est le temps des irrésolutions… Ce qu’on n’a pas réalisé fait aussi partie de nous, de notre horizon … juste on laisse la vie faire son chemin … il faut souvent que j’intellectualise mais au quotidien j’espère que nous sommes plus dans le lâcher prise ! Que dans nos sacs étanches, on garde précieusement notre famille et son élan, la liberté en bandoulière, la patience comme une sérénité après avoir pris conscience du mouvement à enclencher, l’intention de prendre les choses avec humour et humilité, l’envie de progresser toujours … « S’il suffisait de s’installer en position du lotus pour accéder à l’illumination, toutes les grenouilles seraient des bouddhas.» (L Pauwels)

Pour notre ultime boucle et le retour aux 4 saisons, nous avons testé la croisière en hiver au sud de la France. C’est très dépaysant : la beauté et les baies que pour nous, plus seuls au monde qu’aux Antilles … Même entre 10 et 18°, on entend chanter l’accent de Marius et Fanny autour de tous les jeux de boules, les odeurs sont «en dormance » entre garrigue et mimosas, le ciel souvent très bleu nous motive ! Avec un bon équipement et du chauffage, on s’émerveille en Camargue, dans les Calanques, pour Noël au Vieux Port de Marseille, ou le réveillon à Porquerolles,de la pêche aux oursins en presqu’ile de Giens,lors de  la visite des îles de Lérins entre amis toujours vers le vignes. Nous sommes heureux d’avoir finalement bouclé le tour des îles de la métropole. Nous rentrons ce soir de février à la Grande Motte après plus d’un an et demi de vie à bord !

Au bout du conte mélanésien : « Tout homme est tiraillé entre deux besoins, le besoin de la Pirogue, c’est à dire du voyage et de l’arrachement à soi-même, et le besoin de l’arbre, c’est-à-dire le besoin de l’enracinement, de l’identité, et les hommes errent constamment entre les deux besoins en cédant tantôt à l’un, tantôt à l’autre ; jusqu’au jour où ils comprennent que c’est avec l’arbre que l’on fabrique la pirogue » alors oui on va quitter W-alter (plutôt polyester) pour les lianes vitis vinifera avec des nouveaux plans (de formation, de financement, de vignes …) et surtout toute notre amitié et notre envie de déguster un jour notre vin avec vous !