Où je vous parle de la première mise en bouteille et d’autres bruits qui courent ! Il est bien question de boucher les bouteilles mais pas les oreilles !

Bourgogne Côte Chalonnaise : après le silence de la mer,  le silence des campagnes ? A la Luolle, nous orchestrons un nouveau monde et  il est transcendé dès qu’on en partage sa petite musique  avec vous.

Nous avons largement entamé les travaux en vert : des gestes en vigne qui requièrent souplesse, attention, énergie. On s’échine le plus souvent sous une tempête de ciel bleu : la baguette fructueuse est pliée, elle peut se cabrer avant d’être apprivoisée. Nos mains voltigent, prennent un rythme avec le couic de la ficelle à lier … et nos corps font aussi quelques cracs, nous soufflons parfois comme de petites locomotives. Ensuite vient l’ébourgeonnage histoire d’ôter d’éventuels gourmands puis on relève les tiges prodiges ! Et la nature grouille : le cortège des oiseaux est charmeur, quelque gros gibier nous toise entre un chevreuil ou un sanglier que Moby flaire de loin, nos voix s’égosillent à le rappeler et …Vers midi sonne l’Angélus un sacré marqueur du temps qui passe, les cloches à la volée nous procurent ce moment de tendresse où notre colonne vertébrale se redresse ! « Craquante » je vous dis .. Ouf !

Le grabuge atteint son comble, un tonnerre d’applaudissements en fait, avec le tourbillon de la 1ere mise en bouteille ! Les flacons robustes mais vulnérables, on dirait nous( !) entament leur danse de verre toute synchro entre 6 postes de travail, 12 mains qui embrassent, agissent et capsulent dans le tohu-bohu de la machine. C’est un mouvement précis, quasi hypnotique … le cerveau est obnubilé par ce défilé, une chose à la fois, on avance avec les bouteilles.

A tour de rôle on change de poste, petite mécanique de troupe … simple moment qui confirme que nous avons passé l’âge d’avoir raison tout seul et qu’ensemble c’est mieux même si ce n’est pas que facile : foule sentimentale, on a soif d’idéal !

Et là vous vous dites qu’il est temps de procéder à vos premières commandes … Pianissimo : cette toute première mise concerne les effervescents, Le principe d’obtention d’un vin effervescent est de piéger du CO2 dans le vin : des bulles, du gaz, du swing ! Il faut donc provoquer une deuxième fermentation à l’intérieur d’une bouteille fermée : c’est la prise de son, non de mousse ! Juste avant la mise en bouteille, appelée tirage, le vin de base est additionné en sucre et en levain puis homogénéisé : c’est la mixion. Une fois tirés, les vins sont déposés à plat, « sur latte » pour la prise de mousse. Il faut attendre une petite année pour découvrir leur mélodie gustative, la crème de la crème : une gamme de 5 crémants bio (classique, zéro dosé, rosé, blanc de blancs et blanc de noirs) !

Heureusement nous sommes déterminés : le carnet de bal est ouvert ! Bientôt un pur son qui monte qui monte, qui installe en sourdine tout son matos avant de déchainer la grosse caisse et les cuivres pour mettre en fiole nos blancs et nos rouges. On y croit très fort, tamtam dans nos cœurs et vous pourrez les boire en chœur.

Cette chronique peut se siffler sous la douche en attendant de trinquer ensemble, quand tous nos bouchons feront ce pop un rien protestataire, extirpés du goulot, ça se mérite ! … le vin se hume et se grume, inspire et se goute mais étonnamment il est encore l’écho d’un film chorale, d’une année ardente en vigne !

Je suppose que vous écrivez aussi vos belles partitions, toujours prêts à se débarrasser de la vie qu’on a prévue pour vivre et écouter la vie qui nous attend …

Pendant ce temps, les travaux de rénovation du gite sont en cours mais avec un peu de retard : sachez que pour mieux vous recevoir, celui-ci ouvrira ses portes dans le prolongement de nos deuxièmes vendanges et avec toute la gamme de nos bouteilles du millésime numéro 1 !

Tchin !

PS BONNE FETE A VOS MAMANS, qu’elles reçoivent votre écoute attentive et du bon vin !

Merci Guy, Léo, Lucie, Pierre, Simon, Virginie et nous.